Kotonoha no Niwa
2013 - Crédits aux auteurs.

Kotonoha no Niwa

kotonoha-no-niwa-2

Lorsqu’on pense aux films d’animation japonais, impossible de ne pas mentionner les œuvres du studio Ghibli. Leur qualité est telle qu’elle occulte de loin le reste de la production nippone. Il y a pourtant des petites pépites à découvrir.

C’est le cas de Makoto Shinkai, un cinéaste japonais. J’ai découvert son travail en visionnant Le Jardin des Mots (Kotonoha no Niwa en V.O.). C’est un moyen-métrage de 45 minutes et ça a été une vraie surprise.

Sur la forme, c’est impeccable. L’esthétique apporté à chaque séquence, le souci du détail, l’harmonie des couleurs. On peut le dire, c’est un choc visuel. Le travail effectué sur chaque plan, chaque séquence est fantastique.

Sur le fond, il ne faut pas s’attendre à un récit très novateur. Le format plus court du film impose d’opter pour un thème classique. Cela dit, l’histoire est belle, pudique, délicate. Je ne peux cependant en dire plus, cela gâcherait le scénario.

Reste que ma première rencontre avec Makoto Shinkai a été plus qu’enthousiasmante. Je vais désormais m’attacher à découvrir un peu plus son univers, en particulier 5 centimètres par seconde (Byousoku 5 centimeter) et Voyage vers Agartha (Hoshi o Ou Kodomo).

Photos : captures d’écran