Tout sur le sommeil

Des conseils pour mieux dormir

Agencer sa chambre selon le Feng shui

Pour mieux dormir on peut changer de literie, en prenant par exemple un oreiller sarrasin, mais on peut aussi revoir la disposition de l'intérieur de la chambre. L’agencement de votre chambre selon le Feng shui répond à sa fonction première qui est d’accueillir des activités telles que dormir, se détendre et faire l’amour. Les principes du Feng shui incluent les bons éléments et l’emplacement idéal des meubles pour améliorer votre santé et votre bien-être, en permettant la libre circulation des énergies chi par l’équilibre des énergies yin (féminine) et yang (masculine).

Agencement de la Chambre



Pour établir l’équilibre chi, il vous faut d’abord débarrasser votre chambre de tout son fouillis ainsi que des équipements dédiés au travail. La saleté et la poussière créent la stagnation du chi, ce qui peut résulter par divers troubles tels que la maladie, la disharmonie au sein de vos relations amicales ou la détérioration de la santé. L’un des plus gros producteurs de stress dans nos intérieurs est… le désordre ! Même si vous vous considérez vous-même comme une personne plutôt désordonnée, offrez-vous le cadeau d’une chambre claire et propre comme un sanctuaire. Montrez-vous impitoyable !

L’emplacement du lit



Les règles du Feng shui pour l’emplacement du mobilier de la chambre sont spécifiques et devraient être respectées. Si la taille ou la configuration de la pièce ne vous permettent pas de suivre les recommandations du Fend shui, alors vous pourrez appliquer les recours et remèdes correcteurs du Feng shui. L’emplacement de votre lit est l’aspect le plus important de la disposition de votre chambre. Parce qu’il est le meuble le plus imposant de la chambre et celui dans lequel vous vous reposez, le lit est particulièrement important. Son mauvais emplacement peut compromettre votre santé.

Le mobilier de la chambre



En ce qui concerne les autres meubles, il vous faudra suivre les mêmes règles de Feng shui que pour les autres pièces de la maison. La chambre est la pièce la plus yin de la maison. Imaginez une caverne bien confortable : lumière tamisée, douillette, cosy. Elle devrait ressembler à une enceinte dans laquelle on est libre de se mouvoir. Gardant cet objectif en tête, il y a trois règles principales pour votre chambre qui vous conseillent de bannir :



Si vous ne pouvez l’éviter, alors vous pouvez y remédier en suspendant au plafond un globe de cristal à multiples facettes de manière à ce qu’il se trouve entre la flèche empoisonnée et le lit. Une autre solution est d’utiliser un patin pour la commode pour masquer et adoucir la saillie du coin. Vous pouvez placer des tables de nuit de chaque côté du lit ; assurez-vous simplement que leur hauteur ne dépasse pas celle du matelas, car cela créerait une flèche empoisonnée pointée vers le lit. Les chaises et autres pièces de mobilier devraient également être disposées dans la chambre selon ces recommandations.

Si la porte de votre armoire est constituée d’un miroir, alors il faudra la placer à un endroit où le miroir ne réfléchira pas vers le lit. Si cela est inévitable, alors il vous faudra couvrir le miroir pendant que vous dormez.

Les miroirs



Ils peuvent être utilisés dans une chambre mais de manière très discrète. Il y a des endroits à éviter comme placer un miroir directement en face ou au-dessus d’un lit. Il vous faut juste ne pas réfléchir le lit dans un miroir. Car cela équivaut à inviter une tierce personne dans votre mariage ou au sein de votre couple et résultera en infidélité. Certains pratiquants croient que le miroir peut également surprendre l’âme lorsque celle-ci s’échappe du corps pour ses voyages nocturnes astraux. Si vous êtes obligés de placer votre lit à un endroit qui n’a pas de vue directe sur la porte de la chambre, vous pouvez toujours placer un miroir de manière à ce que vous puissiez voir la porte de votre lit, assurez-vous juste que le miroir ne reflète pas le lit.

Les bureaux et les appareils électroniques



Travail et sommeil ne font pas bon ménage, alors ne placez jamais de bureau dans votre chambre à coucher. C’est là une mauvaise idée pour une chambre optimisée en Feng shui. Pour une bonne santé et du repos, séparez le travail de cette zone de détente. Ils produisent des ondes qui peuvent perturber votre sommeil.

La plupart des experts en Feng shui pensent que tout ce qui est électronique doit être banni de la chambre. De même, pour ce qui est de la télévision, sortez-la de la chambre ! Car vous y invitez des étrangers à chaque fois que vous l’allumerez, faisant entrer ce monde extérieur bien souvent hostile dans votre propre intimité. Et peut-être encore plus important, vous vous détournez l’un de l’autre. Dans notre société moderne, les télévisions et les ordinateurs portables sont souvent un mal nécessaire au sein de votre espace de sommeil qui est sacré. Il est impossible de rester en dehors de la technologie, alors un compromis qui semble possible est de placer votre télé dans une armoire ou tout autre meuble de rangement qui puisse être fermé pour la nuit, dès que vous avez terminé de regarder la télé. Fermez votre ordinateur portable quand vous ne l’utilisez pas et rangez le dans une table de nuit ou un tiroir. Ainsi, ils seront tout au moins hors de votre vue et de votre espace lorsque vous vous reposez.

Les murs



Vous pouvez décorer les murs de votre chambre de papier coloré, de tissus, de motifs et d’œuvres d’art. Vous pouvez utiliser les recommandations du Feng shui pour vous aider à sélectionner les coloris. Choisissez des couleurs reposantes. Des couleurs douces telles que : crème, pêche et rose pâle constituent de bons choix. Un jaune pâle est considéré comme particulièrement bénéfique. Le bleu aussi est bien. La couleur est en effet habituellement utilisée pour rehausser une forme particulière d’énergie (élément) ou pour équilibrer la relation yin/yang. Certains consultants en Feng shui travaillent beaucoup avec les couleurs, d’autres moins, pensant qu’il existe d’autres manières plus fortes pour affecter les énergies. Personnellement, j’adore les couleurs et je les utilise beaucoup parce qu’elles peuvent avoir un impact énorme sur la manière dont on se sent dans un espace donné.

Lorsque vous choisissez la décoration artistique des murs, choisissez des sujets heureux et reposés. Les images de la nature et les thèmes de duos, comme deux canards mandarins, cygnes ou fleurs de pêcher encouragent la romance et sont propices à une atmosphère relaxante.

L’emplacement de la chambre



Son emplacement idéal se situe loin des portes donnant sur l’extérieur. Evitez les chambres mansardées. Si vous devez vraiment coucher dans une chambre sous un toit en pente, vous pouvez utiliser un lit à baldaquin pour en atténuer l’effet. Il peut également protéger d’autres éléments négatifs du toit, tels que des spots, une salle de bain à même le sol qui jouxte la chambre et un ventilateur de plafond.

Astuces Feng shui pour la chambre





Décoration et ornements de la chambre



Tout ce que vous placez dans votre chambre a un effet profond sur la circulation de l’énergie chi. Il vous faut assurer une circulation d’énergie de bon augure entre la porte et les fenêtres de la chambre. En gardant cet espace libre de tout désordre et gros meubles, comme les chaises ou les armoires, vous éviterez que l’énergie chi stagne et vous améliorerez toutes les activités qui se déroulent dans votre chambre. Comprenez cependant qu’un aménagement à 100 % Feng shui est impossible. Utilisez ces principes pour faire du mieux que vous pouvez avec ce que vous avez et soyez résolus de profiter de votre intérieur et de votre vie !



Rechercher l'apaisement

La chambre doit être un lieu de calme et de paix propice à l'endormissement

Eteignez la lumière

On ne peut sécréter de la mélatonine, l'hormone du sommeil, que dans le noir. Evitez donc la lumière lorsque vous partez vous coucher.

Faites le vide

Méditez, utilisez la pensée positive, utilisez toutes les techniques qui permettent de chasser les pensées néfastes à l'endormissement.




40 faits étonnants sur le sommeil

Voici 40 données sur le sommeil que vous ne connaissiez sans doute pas… (ou étiez trop fatigué pour y penser).
  • La plus longue période enregistrée d’une personne restée sans dormir est de 18 jours, 21 heures et 40 minutes pendant un marathon en rocking-chair. Le détenteur du record a rapporté des hallucinations, de la paranoïa, une vision floue, un discours incohérent et des troubles de la concentration et de la mémoire.
  • Impossible de détecter si quelqu’un est vraiment éveillé sans un suivi médical étroit. Les personnes peuvent faire de petits sommes en gardant les yeux grands ouverts, sans même en être conscientes elles-mêmes.
  • Si vous mettez moins de cinq minutes à vous endormir le soir, cela signifie que vous manquez de sommeil. L’idéal se situe entre 10 et 15 minutes car cela signifie alors que vous êtes suffisamment fatigué pour vous endormir profondément, mais pas épuisé au point de vous sentir somnolent durant la journée.
  • L’arrivée d’un bébé a pour conséquence un manque de sommeil de 400 à 750 heures pour les parents au cours de sa première année de vie.
  • L’une des meilleures façons de prédire vos futurs problèmes d’insomnie est le fait de prendre pour mauvaise habitude de laisser vos jeunes enfants perturber votre sommeil.
  • Les enregistrements du cerveau en continu qui ont permis de découvrir les Mouvements Rapides des Yeux (EMDR) n’ont pas pu être réalisés avant 1953, en partie parce que les chercheurs concernés par ces études voulaient éviter tout gaspillage de papier.
  • Les Mouvements Rapides des Yeux se produisent par saccades (qui, mises bout à bout correspondent à 2 heures de sommeil) et débutent 90 minutes après l’endormissement.
  • Si l’on pensait naguère que les rêves ne se produisaient que pendant les phases d’EMDR, on sait à présent qu’ils apparaissent (mais moins fortement) également durant les autres phases de sommeil. Il apparaît qu’il n’y aurait pas un seul instant de notre sommeil où nous ne serions pas en train de rêver.
  • Les rêves qui se déroulent pendant les phases d’EMDR se caractérisent par des scénarios étranges, tandis que ceux qui sont réalisés durant les autres phases de sommeil sont récurrents et obsessionnels, peu imaginatifs, retournant de manière obsessionnelle vers l’impression d’avoir oublié son portable quelque part, par exemple.
  • Certains mouvements bien spécifiques de l’EMDR correspondent à des mouvements bien spécifiques dans le rêve, laissant penser qu’une partie au moins du processus de rêve serait analogue au visionnage d’un film.
  • Personne ne sait formellement si les autres espèces rêvent mais certaines d’entre elles ont des cycles de sommeil similaires à ceux des humains.
  • Si les éléphants dorment debout durant les phases de sommeil autres que l’EMDR, ils s’allongent durant les phases d’EMDR.
  • Certains chercheurs pensent que nous rêvons afin de consolider nos expériences dans la mémoire à long terme, à savoir que nous rêverions de choses qui valent la peine d’être retenues. D’autres estiment que nous rêvons de choses qu’il vaudrait mieux oublier et ce afin d’éliminer toute surcharge de notre mémoire qui risquerait d’encombrer notre cerveau.
  • Les rêves pourraient très bien être totalement inutiles et n’être que le résultat insignifiant de deux adaptations évolutives : le sommeil et la conscience.
  • L’EMDR pourrait aider le cerveau à se développer. Les bébés prématurés passent 75 % de leur sommeil en phase EMDR, soit 10 % de plus que les bébés nés à terme. De la même manière, un chaton, un bébé rat ou un bébé hamster n’ont quasiment que des phases de sommeil en EMDR tandis qu’un bébé cobaye (qui est bien plus évolué à la naissance) n’en a quasiment aucune.
  • Les chercheurs ont été incapables d’expliquer les résultats d’une étude de 1998 démontrant qu’une ligne brillante à l’arrière des genoux de certains être humains pouvait réinitialiser les rythmes du sommeil dans le cerveau.
  • Les chercheurs du Ministère de la Défense britannique ont pu dérégler l’horloge interne des soldats afin qu’ils puissent rester 36 heures sans dormir. L’insertion d’une fine fibre optique dans une paire de lunettes spécialement conçue projette un halo de lumière vive (avec un spectre identique au lever du soleil) tout autour de la rétine de leurs yeux, les laissant croire qu’ils viennent juste de se réveiller. Le système a été utilisé pour la première fois sur les pilotes américains durant les bombardements du Kosovo.
  • 17 heures d’éveil prolongé conduit à une diminution des performances équivalentes à un taux d’alcoolémie de 0,05 %.
  • Toutes les grandes catastrophes du style de celle qui s’est produite à Tchernobyl ont été imputées à des erreurs humaines liées à un manque de sommeil.
  • 1 accident mortel sur 6 serait dû à la fatigue.
  • L’exposition au bruit pendant la nuit peut supprimer les fonctions immunitaires même si le dormeur ne se réveille pas. Les bruits inhabituels ainsi que les bruits auxquels nous sommes exposés durant la première et les deux dernières heures de notre sommeil ont les effets les plus perturbateurs sur nos cycles de sommeil.
  • l’horloge « biologique interne naturelle » qui permet à certains de se réveiller plus ou moins lorsqu’ils le veulent est en fait causée par une élévation de l’hormone du stress. Les chercheurs expliquent que ce mécanisme correspond en fait à une anticipation du stress du lever.
  • Certains somnifères comme les barbituriques suppriment les phases de sommeil EMDR, ce qui peut être très dommageable lors de l’utilisation prolongée de ces substances.
  • Dans les insomnies liées à la perte d’un être cher, les somnifères peuvent empêcher le processus de deuil.
  • Le moindre petit rai de lumière provenant d’un réveil digital peut suffire à perturber les cycles de sommeil même si vous n’êtes pas totalement réveillé. La lumière ferme un “interrupteur nerveux” dans le cerveau dont le rôle est d’éléver les niveaux d’hormones du sommeil.
  • Pour favoriser l’endormissement, il faut que la température corporelle baisse ; or la température corporelle et celle du cerveau durant les cycles d’éveil sont très proches. C’est pourquoi les chaudes nuits d’été peuvent nous empêcher de nous endormir. Les mécanismes d’échanges sanguins entre le corps et la peau sont les plus efficaces entre 18 et 30 °. Mais en vieillissant, la zone de confort se réduit entre 23 et 25 °, raison pour laquelle les personnes âgées souffrent davantage de troubles du sommeil.
  • Boire de l’alcool peut vous aider à vous endormir mais le sommeil sera léger et vous ne rêverez pas beaucoup.
  • Après 5 nuits où vous n’avez pas suffisamment dormi, cinq verres d’alcool auront le même effet sur votre organisme que six verres si vous aviez eu votre quota de sommeil.
  • L’homme dort en moyenne trois heures de moins que les autres primates comme le chimpanzé, le macaque, le singe écureuil et le babouin, tous dormant des nuits de 10 heures.
  • Le canard, lorsqu’il est menacé par un prédateur, est capable d’équilibrer son besoin de sommeil et sa survie, en gardant la moitié de son cerveau en éveil tandis que l’autre moitié est en mode sommeil.
  • 10 % des ronfleurs ont des apnées du sommeil, un trouble qui cause des arrêts respiratoires 300 fois par nuit et augmente considérablement les risques d’infarctus ou d’AVC.
  • Les ronflements ne se produisent qu’en dehors des phases d’EMDR.
  • Les adolescents ont autant besoin de sommeil que les enfants en bas âge (environ 10 heures) tandis que les plus de 65 ans ont besoin de moins de sommeil (environ 6 heures). Pour ce qui est des adultes (de 25 à 55 ans), la durée optimale est estimée à 8 heures.
  • Certaines études avancent que les femmes auraient besoin d’une heure de sommeil supplémentaire que les hommes, dont elles ne bénéficient pas, et ce serait l’une des raisons pour lesquelles elles souffrent davantage de dépression que ces derniers.
  • Ressentir la fatigue est normal après une courte période. Les personnes volontairement privées de sommeil dans le cadre d’études ont d’abord constaté les effets sur leur vigilance, leur humeur et leurs performances physiques puis ils l’ont de moins en moins remarqué au bout de quelques jours.
  • Les journaux intimes datant de l’ère Victorienne (avant l’avènement de l’électricité) relatent que les adultes dormaient 10 heures par nuit avec des périodes de repos qui évoluaient en fonction des saisons, en lien direct avec le lever et le coucher du soleil.
  • Toutes les connaissances que nous avons du sommeil ne datent que des 25 dernières années.
  • Une étude réalisée sur un groupe d’individus de 18 à 24 ans privés de sommeil a démontré que ces derniers souffraient davantage de mauvaises performances que les autres adultes.
  • Les experts dissent que l’un des perturbateurs de sommeil le plus attractif est l’accès à Internet 24 h sur 24.
  • L’heure supplémentaire de sommeil correspondant à l’heure d’hiver au Canada coïncide avec une chute du nombre d’accidents de la route.

Dormir dans des chambres séparées

Les raisons pour dormir spérarés

Votre petit(e) ami(e), conjoint(e), mari (femme)… ronfle tellement fort que, dans un demi-sommeil, vous avez parfois l’impression d’entendre le vrombissement d’une locomotive. Vous en avez assez et pensez que la mauvaise qualité de vos nuits influe sur votre méforme durant la journée. Ou bien vous aimez vous endormir avec un livre tandis que votre cher (chère) et tendre préfère rejoindre directement les bras de Morphée. Ou encore, il (elle) aura la bonne idée de visionner un film ou quelque autre émission et vous aurez le privilège d’entendre sa forte respiration (que sa mauvaise foi empêchera de reconnaître) couplée au ronronnement agaçant du lecteur DVD portable posé à même le lit, tout près de vos oreilles… Ou encore, il (elle) est de nature plutôt nerveuse et ne peut rester calmement allongé(e) dans le lit mais gigote en permanence son pied, ce qui fait trembler le lit, vous donnant l’impression d’être dans un « manège ». Tout cela pourrait vous donner l’envie (si la configuration de votre logement vous le permettait) de faire chambre à part.

Nous ne savons pas exactement quel pourcentage de couples fait chambre à part mais nous estimons ce chiffre aux environs de 5 % en France où le sujet est encore tabou. En revanche, chez nos amis d’Outre Atlantique, ce chiffre atteint les 20 %, soit un couple sur 5. Est-ce parce que le sujet y est considéré comme plus « banal » ou ne serait-ce pas dû au fait que les logements américains sont nettement plus vastes ? Toujours est-il que les couples font plus souvent chambre à part lorsqu’ils ont une longue durée de vie commune. Les jeunes couples y sont moins enclins. Pour quelle raison ? Peut-être parce qu’au fur et à mesure des années de vie commune, les agacements nous semblent de plus en plus difficiles à accepter. De plus, les ronflements augmentent également en général avec l’âge. Enfin, les jeunes ayant quitté le nid, ont libéré des chambres donc l’occasion fera le (s) larron (s).

En tout état de cause, il n’y a rien à voir ici avec un désamour.

Il existe diverses raisons pour faire chambre à part : - Tout d’abord, comme nous l’avons déjà évoqué, les dormeurs se gênent mutuellement. Et la liste des gênes est infinie… L’un ronfle, l’autre aura un sommeil agité et ça réveillera son co-dormeur. Ou alors, l’une (car ce sont souvent les femmes qui sont le plus frileuses) aura les pieds glacés en hiver, un autre parlera la nuit, vous réveillant en sursaut, ou se couchera très tard, réveillant son conjoint en venant se coucher à son tour. Ou bien l’un ou l’autre est allergique et ne fait qu’éternuer ou tousser durant toute la nuit. Un autre voudra dormir les volets ouverts alors que son conjoint se sentira plus rassuré de s’endormir dans l’obscurité… L’une se lève tôt et réveille l’autre le matin alors qu’il pourrait dormir un peu plus longtemps (s’ils n’ont pas les mêmes horaires de lever pour le travail). Il tire toute la couette, s’enroulant dedans et elle se retrouve gelée et donc réveillée au beau milieu de la nuit. Elle se lève pour aller faire pipi la nuit et réveille inévitablement son mari car elle doit allumer la lumière pour ne pas tomber dans l’escalier… Etc, etc… Les raisons sont multiples et variées, je parierais qu’il en existe autant que de couples. Vu sous cet angle, ces gênes peuvent paraître anodines et vous feront probablement sourire.

Mais vécues au quotidien, elles peuvent mettre la vie du couple en péril car le conjoint gêné peut en souffrir au niveau de sa santé physique et/ou mentale (fatigue, épuisement, déprime, maladie chronique…). En dehors de la gêne, quelles autres raisons peuvent amener deux personnes à dormir dans des chambres séparées ? Certains couples peuvent estimer que le fait de ne pas dormir dans la même pièce leur permettra de sauvegarder leur amour, car effectivement ils n’entendront pas l’autre péter, ne sentiront pas sa mauvaise haleine matinale, n’auront pas à supporter l’odeur de sa transpiration et s’épargneront le spectacle désolant de le voir dormir dans son vieux pyjama élimé. Il n’aura pas non plus à la voir dormir avec ses chaussettes. D’autres aiment à penser que le fait de créer une distance physique entre les deux personnes va induire une frustration qui les poussera à rechercher le contact de l’autre pour se retrouver et avoir le plaisir de (re)découvrir son corps, vision très romantique qui n’est pas sans rappeler les premiers temps de la rencontre, lorsque le manque nourrit le désir. L’autre n’étant pas toujours là sous la main, il nous faut aller le chercher et l’on est bien plus actif dans cette démarche.

Pourquoi les couples dorment-ils ensemble, dans la majeure partie des cas ? Il semblerait qu’il s’agisse plutôt d’une coutume, d’un usage culturel, en tout cas dans les pays comme la France, par exemple. Cela n’empêche pas les couples qui préfèrent faire lit commun de citer leurs propres raisons : se lover contre sa tendre moitié durant toute la nuit fabriquerait l’ocytocine, l’hormone de l’amour ou de l’attachement (celle qui est produite par les femmes enceintes). De même que le fait d’être aux côtés de l’autre libérerait des hormones favorisant l’endormissement. D’autres pensent que le fait de dormir ensemble, lors des crises ou disputes, permettrait de se réconcilier plus rapidement car le contact corporel est maintenu (personnellement, je n’en suis pas convaincue puisque ce sont les seuls moments où je décide, au contraire, d’aller dormir dans le canapé tant la présence de « l’ennemi » m’insupporte alors…).

Du coup, que faut-il penser de ces deux options ? Difficile de peser le pour et le contre, non ? En effet, dans le lit conjugal on a tout à la fois envie d’être proche de l’être aimé tout en aspirant à une certaine intimité qui nous permette de nous ressourcer. Et c’est ainsi que l’on se retrouve à devoir sans cesse réajuster. Peut-être qu’une solution serait de pratiquer l’une ou l’autre option en fonction du contexte conjugal ? Si l’autre nous insupporte au plus haut point ou qu’il dérange notre sommeil à tel point que notre santé est menacée, pourquoi ne pas se ménager en se choisissant une pièce bien à soi où pouvoir retrouver le bien-être ? Et puis, lorsque l’on se sent en meilleure forme, on peut réinvestir pour un temps le lit à deux ?

Enfin, tout comme lorsque l’on veut « divorcer », si l’un veut séparer ses nuits mais pas l’autre, alors il va falloir en discuter et trouver des compromis : investir dans un matelas « king size (1,80 m ou même 2 mètres) », prendre chacun sa couette, se faire désensibiliser si l’on est allergique aux acariens, utiliser une liseuse pour ne pas déranger l’autre avec la lumière, investir dans une bonne paire de bouchons d’oreille ou encore rester dans la même chambre mais dormir sur des matelas séparés (lits jumeaux). Ou encore, dormir de temps à autres dans des pièces séparées (lorsque la fatigue se fait sentir). Libre à chacun de réinventer ses codes selon ses envies et celles de sa moitié. Le principal est de conserver l’amour et le désir, qui n’ont - bien entendu - rien à voir avec le sommeil. Il y a tellement de manières de se rapprocher de l’autre sans que cela ne se passe forcément au creux du lit conjugal.

Vidéos pour mieux dormir

Agencer sa chambre

Comment disposer son mobilier de nuit

Dormir apaisé

Musique calme pour dormir.

Mieux dormir

Conférence sur le sommeil.

Contactez-nous

Effacer

A propos

Mieux dormir est notre philosophie, nous la partageons avec vous

Partagez ce contenu

Abonnement à la newsletter